France-Québec, bilan des 5 ans

images2W6YSOMKLe 11 Septembre 2011, nous disions au-revoir à la France, à la famille, à nos amis, le cœur lourd mais aussi avec une excitation palpable pour cette nouvelle aventure. Des mois et des mois de préparation pour cette nouvelle vie que nous nous offrions sans trop savoir ce qui nous attendait de l’autre coté de la flaque et surtout sans date retour.

Il y a eu les débuts, les interrogations, les découvertes, les 1ères fois, les réseautages, les sorties par milliers, les brunchs, le 1er hiver, le 1er été,  les voyages ou grands week-ends avec famille/amis venus nous visiter ou nos nouveaux amis…etc.

Nous regardions tout, absolument tout avec des yeux nouveaux. Nous avons dû apprendre à vivre d’une autre manière, calculer le pourboire, payer notre permis de conduire a notre anniversaire, faire un chèque et surtout travailler à la québecoise.

Quand je regarde en arrière, je me dis que c’étais un sacré challenge tout de même et que nous étions sacrément culottés d’avoir osé ! Sacrément amoureux aussi pour tenir le coup face a tous ces nouveaux défis et surtout livrés a nous-même sans plus aucune zone de confort. C’est également ça la vie d’expat, il faut savoir oublier une vie bien huilée avec repères, habitudes et soutiens que nous avons depuis l’enfance. Il faut s’adapter, encaisser, se débrouiller, prendre souvent son courage à 2 mains, oublier le pilotage automatique ou encore l’aide famille/amis/voisins qui sont aujourd’hui trop loin… Mais tout ça pour en prendre plein les yeux aussi, vivre comme dans les films, écrire son histoire, s’ouvrir au monde, aux personnes, apprendre a faire confiance, oser, se surpasser et rencontrer des personnes fabuleuses qui nous comprennent car eux aussi sont expat, eux aussi sont français et oh mon dieu que c’est bon de faire de bons repas « à la Francaise » avec eux !

Plus d’une année s’écoule sans que nous nous en rendions compte et qu’un ventre s’arrondit pour la première fois. Nous allons découvrir la joie de devenir parents, être bientôt 3 dans notre un nouvel appartement aux murs de briques (il est aussi temps d’arrêter de déménager). Les visites a la maternité se remplacent par les skypes et les colis, les visites chez le pédiatre par les visites aux sans-rdv. Ce sont les nouveaux amis qui viennent rencontrer la petite citrouille et qui la berce aussi quand elle pleure pendant nos repas. Suivi d’un congé maternité d’1 an, une année a admirer ce nouveau bébé qui nous change doucement la vie. Une année a explorer Montréal sous tous les angles mais avec elle, une année a profiter de chaque instants…

Puis il a fallu reprendre le chemin du travail et déjà un ventre s’arrondit pour la seconde fois. Faut croire que notre 2ème petit Québécois était trop pressé de faire partie de l’aventure 😉

Il y a donc eu les travaux d’agrandissement de notre appartement, une 2ème grossesse plus fatigante que la précédente et une décision familiale encore trop douloureuse aujourd’hui, même si c’était pour le mieux… Et notre petit pirate à pointé le bout de son nez. Encore là, en tant qu’expat, merci les amis ou merci la gardienne pour garder le 1er pendant l’accouchement. Mais cette fois-ci les visites sont plus rares, nous sommes 4 a présent mais nous nous sommes jamais sentis aussi seuls qu’a cet instant…

C’est parti pour une nouvelle année de congé maternité, mais avec une maman un peu plus fatiguée cette fois et un bébé aimant moins les sorties. Alors on opère différemment avec des gôuters, ateliers DIY/Couture a la maison ou chez nos nouvelles amies mamans avec qui il est bon de passer les  journées avec nos bébés !

Reprise du boulot acte II et cette fois la bonne surprise est de changer définitivement d’emploi, pas de remplacement, cette fois c’est pour de bon ! Il a fallu accrocher sa tuque comme on dit ici avec ce nouveau rythme travail/famille et encore aujourd’hui la fatigue est omniprésente, un 4 jours ne serait pas de refus !

Aujourd’hui 11 septembre 2016, je dirais que nous n’avons pas vu défiler ces 5 dernières années, nous nous sommes habitués a cette nouvelle vie en se posant de moins en moins de questions, en la vivant un point c’est tout !

Et puis il y a eu ces vacances en France cet été qui nous ont montré que nous sommes toujours bien français, que nous sommes toujours de bon buveur, de bon mangeur et de bon râleur aussi 😉 (quoique un peu moins qu’avant tout de même)  Que notre nous d’avant existe toujours quelque part et que c’est assez facile de se réhabituer aux anciennes habitudes : faire un code de CB a 4 chiffres, conduire dans une petite voiture manuelle, payer en euro, porter des talons tous les jours, s’arrêter chez un ami a l’improviste pour l’apéro, manger a 20h le soir, ne rien faire le dimanche…

Mais qui dit vacances dit retour de vacances ! C’est là que nous nous apercevons que nous nous sentons également chez nous à Montréal et reprenons aussi facilement nos habitudes canadiennes: faire un code a 5 chiffres, payer en dollar et a crédit, rouler dans une énorme voiture automatique, souper a 18h, faire des barbecues avec nos amis voisins…

Nous avons l’impression d’être un peu 2 personnes différentes sauf que dans cette nouvelle vie, il n’y a pas de grands repas familiaux, pas de petits cousins, cousines et pas de tante ou papie/mamie pour garder les enfants mais il y a ces amis, ceux qui partagent maintenant notre quotidien, ceux qui voient nos enfants souffler leurs bougies, ceux qui nous accompagnent au chalet ou nous convient au parc pour un pique-nique.

Alors aujourd’hui finalement, il y a un gros point d’interrogation au-dessus de nos têtes, nous ne savons plus trop où nous habitons et surtout où nous devrions habiter face au temps qui passe et aux occasions manquées. Mais en même temps, cette nouvelle vie, nous l’avons choisi et construit, puis nous avons encore tellement de choses à vivre ici…

La famille souhaite nous voir revenir et nos amis (professionnel) nous conseille de rester au Canada. Le choix est donc extrêmement difficile avec deux enfants. Quel continent et quelle éducation leur offrira le meilleur avenir ? Nous ne pouvons pas le savoir exactement, mais notre vie est de plus en plus ici, notre futur aussi, notre processus d’expatriation n’est pas achevé, il est un peu en pause dû au bas âge des enfants mais loin d’être achevé et entendre ce petit accent dans la bouche des enfants n’est sans doute qu’un début…

Oui nous sommes aujourd’hui nostalgiques de nos origines, de la France et surtout de vous tous mais cela ne rend-il pas nos retrouvailles encore plus savoureuses ? Il faudrait juste qu’elles soient plus nombreuses…

7 réflexions sur “France-Québec, bilan des 5 ans

  1. OUAU quel bel article! Je vous comprend tellement! Nous n’avons pas d’enfants mais parfois nous sommes face aux mêmes questionnements. C’est drôle, j’ai commencé à suivre votre blog il y a quelques années déjà, quand nous préparions notre projet et nous voilà ici depuis plus de 2 ans maintenant. C’est très marrant parce que finalement j’ai suivi (et je suis encore) un peu votre vie à travers le blog, l’arrivée de chacun de vos enfants etc…
    Merci beaucoup pour tous ces articles qui nous ont tellement aidé et que sont toujours très inspirants!

  2. J’adore ton blog!!!
    Je n’avais encore jamais laissé de commentaire mais cet article me touche profondément. Je suis expatriée depuis 3 ans à Montréal, et avec mon chum, nous commençons à parler enfants. Seulement, avec ce sentiment d’être « le cul entre deux chaises », les décisions comme faire des enfants, l’achat d’une maison… je les laisse traîner! Je ne sais pas si ce sentiment me quittera un jour, ou si je finirai par rentrer en France, mais ton témoignage m’a fait me sentir un peu moins seule, MERCI!

  3. Cela fait de vous une famille très soudée ! c’est le plus important ! Il arrive que des familles soient très proches en distance sans pour cela se voir … Et, puisque vous vous sentez bien au Québec comme en France, laissez le temps ou les opportunités vous guider … On peut vivre partout du moment où l’on s’y trouve bien !

  4. Bonjour,

    Émigrants aussi nous sommes, ayant vécu le premier été à transpirer jusqu’à plus soif – les suivants avec la boîte à clim – et certains trajets avec de la neige jusqu’aux genoux, ou encore trempés jusqu’aux os sous des déluges estivaux d’après soccer.

    Depuis quinze ans nous déneigeons :-), surtout après le passage des fonctionnaires locaux, et ceci avec la même paire de bottes !

    Les enfants sont quatre. Ils arrivent lorsque les parents sont presque prêts à oublier comment changer des couches lavables en mode zombie.

    Par expérience dans notre petit monde, nous savons que, quoi qu’il arrive, nous devons compter sur nous et que, quoi qu’il arrive (de pas trop grave), c’est toute l’aide que nous aurons.

    En ce qui concerne les Super Dupont, les statistiques montrent que le temps de cinq années est un filtre pour ceux qui partent ou pour ceux qui restent.
    C’est-à-dire que les franco-français partent avant cinq ans de présence ou restent plus longtemps.
    Ce qui est sûr c’est que si émigration dans le pays d’origine il y a, vous serez à nouveau des émigrants pour ceux qui sont restés dans leurs habitudes.

    A propos des vêtements d’hiver pouvant être utilisé par deux enfants et plus avec réparation , Gusti et Panda/Acton/Sorel sont nos préférés.
    Nous tentons de les acheter chez Brador.

    Avez-vous entendu parler des grand-parents d’adoption, ceux que l’on choisit sur place ?

    1. Bonjour Pascal et merci pour ton commentaire. Je vois de quoi tu parles même si nous avons beaucoup moins d’expérience 😉 Je note pour Brador, c’est bon a savoir. Par contre je n’ai jamais entendu parler des grands-parents d’adoption, peux-tu m’en dire plus ?
      merci d’avance et excellente journée,
      Aurore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s