Retour en France – Bilan des 4 mois

4 mois que nous avons remis les pieds sur le sol Français !

4 mois qui me paraissent long et soudain à la fois !

4 mois que nous profitons de nos amis et de notre famille.

4 mois que nous ne nous posons plus la question « Qu’est ce qu’on mange ce soir ? » puisque absolument TOUS les produits nous font envie !

4 mois avec des hauts et des bas pour moi.

4 mois presque comme si rien ne s’était passé pour Thomas.

4 mois où les liens se sont déjà tissés pour les enfants avec nos proches.

4 mois et nous pouvons dire que les démarches administratives compliqués du début sont déjà derrière nous !

Et le bilan dans tout ça ?

Revenir dans son propre pays est complètement différent que d’arriver dans un nouveau pays. Je me souviens très bien de notre arrivée à Montréal, nous étions prêts à conquérir le monde ! C’était si bon… Mais lorsqu’on revient, et bien, c’est un peu différent ! Et nous aussi (surtout), nous sommes différents ! Certes, c’est beaucoup plus facile de s’adapter dans ce sens puisque les choses reviennent naturellement, mais as t-on réellement envie de redevenir « 100% Français », d’oublier ces 6 dernières années et de se fondre dans le décor ? Bien sûr que non !

Nous comprenons tout ici (surtout le second degré hihi!) mais cela ne veux pas dire que nous acceptons tout, si vous voyez ce que je veux dire…

Travail.

Je ne peux encore me prononcer de ce côté là. Je ne pense pas que je suis prête à affronter le monde du travail « à la française ». La rigueur, la hiérarchie, la rigidité et les collègues « froids » au départ ne me font pas trop rêver. Je me vois plutôt aujourd’hui continuer ma réflexion, voir ensuite ce qu’il est possible de faire et peut être (je l’espère) vous annoncer une bonne nouvelle bientôt !

Par contre, lorsque tu ne travailles pas, tu ne rentres pas dans le moule et tu n’as pas la vie sociale qui va avec, alors il faut s’accrocher mentalement ! Et quelle est la 1ère question que les gens te posent ? Que fais-tu dans la vie ? Forcément… En quelques sortes, sans travail, tu n’existes pas ! Enfin, c’est mon ressenti, il n’est pas très bon, je vous l’accorde. C’est d’ailleurs pour ça, que j’ai eu une période un peu « difficile » mais j’y vois un peu plus clair aujourd’hui et je sais qu’avec encore un peu de temps, je vais y arriver ! 

Amitiés.

Au Québec (oui je compare. Je sais, il ne faut PAS comparer, mais tant pis, c’est plus fort que moi !!), en arrivant, nous ne connaissons personne. Il faut donc doubler d’efforts et de sorties pour rencontrer des gens, se refaire une vie sociale. Mais la plupart des gens rencontrés vivent la même chose que nous alors les liens se tissent très très vite et surtout les discussions se font toutes seule. Et les Québécois sont très accueillants aux premiers abords.

En France, on retrouve ses amis d’avant. C’est comme au bon vieux temps, chaleureux, convivial et toujours bien arrosé ! Nous avons aussi eu la chance de rencontrer un couple d’ancien expats comme nous, avec qui c’est toujours plaisant d’échanger mais sinon ce n’est pas facile de créer de nouvelles amitiés.

Je me souviens, à 15 ans, être revenue de mon stage de 2 mois à Munich. J’avais 10 milliards de choses dans la tête à raconter, à partager ! Je suis arrivée dans le bar où nous allions toujours à l’époque, tout le monde était là, tout le monde m’a salué et … Et c’est tout ! C’était comme si j’avais été là la veille, rien n’avait changé… Alors je me suis assise et je me suis tue. C’est un peu comme ça aussi les retours, nous nous sentons différents, incompris. Les gens ne le font pas exprès, ils ne sont juste pas assez curieux !

Famille.

Nous sommes rentrés pour la famille principalement alors forcément c’est le gros point positif ! On profite, on profite, on profite !

Santé.

2ème point positif ! Mais attention nous n’avons jamais eu de problème particulier au Canada non plus.

Coût de la vie.

Je me plaignais souvent du coût de la vie à Montréal (surtout quand j’avais envie d’une bonne tartiflette et que le 1/2 reblochon me coûtait 10$). Je me rends compte aujourd’hui que j’idéalisais beaucoup la France à ce moment là car la vie coûte encore plus cher ici finalement. Certes, le reblochon est à 2 euros mais le salaire est coupé en 2 aussi !

École.

Les enfants rentrent à l’école vers 3 ans en France contre 5 ans au Québec. Autant je trouvais ça bien trop tard de l’autre côté, autant aujourd’hui je trouve que c’est peut être plus adapté aux enfants. De manière générale, au Québec, les enfants sont plus respectés. Faut voir comment certains parents parlent à leurs enfants au parc à jeux par exemple ! On parle souvent des « enfants rois », je dirais que les gens sont plus « à l’écoute » des besoins de leurs enfants. En France, l’enfant doit s’adapter un point c’est tout, peu importe son âge. La vie est dure et c’est comme ça. Ouch ! Ça fait tout drôle mais finalement, la plupart des parents n’ont pas le choix avec des horaires pas adaptés, un congé maternité de quelques semaines seulement…etc. Cela ne peut être que différent…

Ressentis.

Je pense qu’à force de lire des expériences négatives sur le retour, je n’allais pas très bien moi aussi. Le négatif entraîne le négatif, c’est bien connu. Alors SVP, si vous avez une expérience positive de votre retour à partager, n’hésitez pas à commenter mon post !! C’est vrai quoi, nous parlons souvent QUE du négatif et pourtant le positif nous fait tellement de bien. Et le retour au pays se passe très bien aussi pour la grande majorité !

Heureusement, j’ai réagis et j’ai arrêté de me dire aussi que telle situation était mieux au Canada, que c’est « à cause de la France »…etc. J’ai aussi compris que ce n’est pas parce que nous sommes rentrés que nous vivons tel ou telle chose. Cela devait arriver et finalement ce n’est pas si pire ici, car justement, nous avons la famille pas loin pour nous aider !

En résumé, je dirais qu’il y a des tas de choses qui me manquent de Montréal (sans oublier nos amis) mais qu’il y a aussi des choses que je suis heureuse de retrouver ici. Je me surprends à avoir envie de réaliser un gâteau « à l’américaine » (du coup je galère un peu plus pour trouver certains produits) alors que je rêvais de pâtisserie fine à Montréal (ce qui me faisait encore plus galèrer pour trouver les dits produits). Bref, je reste bel et bien française et jamais contente de ce que j’ai quoi 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s